Mon accouchement en siège et sans péridurale : ma petite fierté !

Publié le par Aline maman blogueuse

Mon accouchement en siège et sans péridurale : ma petite fierté !

Ce jour de mars, ma vie a changé pour la 2ème fois.

Je devais accoucher le 17 mars de mon 2ème enfant. La grossesse s'était bien passée. Le bébé allait bien. Détecté en position de siège à l'écho du 7ème mois, il avait finalement pris la bonne résolution de se retourner quelques jours après pour se positionner tête en bas, prêt à sortir. OUF !

Durant la journée du 2 mars, j'ai eu pas mal de contractions. Je gérais la douleur avec les cours de prépa à l'accouchement. Je soufflais en tournant en rond dans la maison. On m'avait dit que si ça ne passait pas avec du Spasfon ou une douche chaude, c'était le signe qu'il fallait filer à la maternité.

Après avoir pris 2 Spasfon, j'ai décidé de filer sous la douche. Sous le jet d'eau, je me suis sentie mal comme prise dans un mélange de gastro et de gueule de bois. C'est là que j'ai su.

Mon mari avait une angoisse : que j'accouche à la maison. Alors quand je lui ai dit : « Je pense qu'il faut qu'on y aille ». Il a attrapé ma valise, mon fils, son lecteur DVD, son sac à dos et tout ce joyeux petit bazar est rentré dans le monospace en deux temps, trois mouvements.

Let's go !

 

Mon fils a été déposé en 5 minutes chrono chez ses grands-parents. Mon mari gardait un oeil sur moi en me demandant toutes les 2 minutes : «T'as des contractions tous les combien ? » Moi j'avais laché mon chrono. Je savais juste que j'en avais beaucoup.

On est arrivés à la maternité vers 21H. J'ai dit : « Bonjour, Je crois que je vais accoucher » Après un rapide examen, on a eu la confirmation. C'était bien le bon jour. Mon col était à 4-5 cm. On m'a donc installé pour un monitoring. Mon mari lui s'est installé pour regarder un film avec son lecteur dvd. J'aurais tout donné ce jour-là pour échanger les rôles !

Mes contractions faisaient de jolis pics sur la courbe du monitoring. Et une jolie douleur par la même occasion. Mon mari voyait ça comme un jeu. Il fallait que je batte mon précédent score à chaque contraction. Je crois que c'était sa manière de me détendre et de se détendre en même temps. Je rigolais tout en me tordant de douleur.

Je suis une guerrière !

 

J'ai refusé la péridurale. Je n'avais pas pu l'avoir pour le premier et j'avais réussi à gérer alors je me suis dit que j'allais jouer les guerrières jusqu'au bout. En fait, je voulais rester maître de mon corps pendant ces moments si particuliers et puis...je n'aime pas les piqûres !

J'ai donc bien évidemment morflé comme jamais. (c'est ça de vouloir faire sa maline)

On m'a donné du gaz à respirer pour calmer un peu la douleur. En fait, ça ne faisait pas grand chose. Mais en m'accrochant au masque comme à une bouée de secours, je crois que ça me changeait les idées pendant quelques secondes.

J'ai du faire un bon milliers de pas dans la chambre. Je tournais comme un lion en cage.

Les choses se précisent...

 

Vers minuit, fin du 3ème épisode de la série sur le DVD de mon mari. Début des contractions pires que tout pour moi.

Un nouvel examen m'a redonné le sourire. J'avais presque fait tout le boulot puisque le col était à 9-10 cm. Il ne manquait qu'une chose : que la poche des eaux se rompt. On m'a donc proposé de me percer cette piscine intérieure pour bébé afin que je puisse accoucher. J'ai dit : « OK mais je vais faire pipi d'abord. » On n'est jamais trop prévoyante. Même sur le point d'accoucher.

Arrivée dans les toilettes de la chambre, on a entendu un gros SPLASHHH ! Le même bruit qu'un ballon plein d'eau qui aurait éclaté. J'ai rappelé la sage-femme en lui disant que finalement, ça ne servait plus à rien de percer la poche. Et j'ai aussi dit : « Je suis désolée par contre. J'ai mis de l'eau partout. » Je crois qu'on m'aurait filé une serpillère, j'aurais pu trouver la force de tout nettoyer !

Il fallait que je passe en salle d'accouchement. En urgence, on m'a donc filé un grand drap que j'ai noué autour de ma taille et entre mes cuisses. On aurait dit une méga couche de sumo. Niveau glamour, c'était une cata mais il fallait bien éponger ce tsunami amniotique !

J'ai marché avec ça jusqu'à la salle d'accouchement. Il devait y avoir une quinzaine de mètres dans le couloir mais ça m'a paru des kilomètres !

Quand je repense à Kate Middleton et sa robe de princesse, toute fraîche à la sortie de la maternité et que je me revois, avec mon drap entre les cuisses, je me dis que je ne suis pas prête de porter une couronne ! 

Surprise !

 

On m'a installé sur la table dans cette magnifique salle aux murs blancs-verts. Une couleur horrible en fait. Je leur aurais bien conseillé d'appeler Damidot pour refaire la déco mais j'avais autre chose à penser à ce moment-là. Je pense que j'aurais même pu lui faire manger ses pinceaux et son truc à maroufler...

J'ai commencé à pousser. Et au bout de quelques minutes, j'ai vu une expression bizarre sur le visage de la sage-femme. Elle a chuchoté un truc à l'autre sage-femme à côté d'elle, qui a ensuite quitté la pièce. 

J'ai juste entendu : « Bon pas de panique. En fait, ce n'est pas tête qui sort mais les fesses. Mais pas de panique hein ! On a juste appelé le gynéco. Ne vous inquiétez pas. »

Raaaaaaaaaaaah ! L'énorme surprise ! Le truc pas du tout prévu au programme !

Mon mari est devenu tout blanc-vert. Comme les murs de la pièce tiens ! Il tenait sa tête entre les mains. Je me suis dit que j'étais en train de le perdre. Alors je lui ai caressé les cheveux et je lui ai dit : « T'inquiètes loulou, ça va aller. »

Je crois que je n'ai pas eu le temps de stresser. J'avais confiance en moi, même si à ce moment précis, je regrettais un peu d'avoir dit non à la péridurale...

Le gynéco a collé son petit appareil à échographie sur mon ventre pour vérifier rapidement que la tête pouvait passer. Ouf, c'était OK ! On aurait eu l'air fin si ce n'avait pas été le cas...

C'est lui qui a pris le relais pour l'accouchement. Il s'est assis sur un petit tabouret devant mes jambes et il a dit : « Madame, on va avoir besoin de vous à fond jusqu'à la fin pour le sortir ce bébé ! Alors on s'accroche ! »

Le grand final

 

La douleur était horrible. Je continuais à m'accrocher à ma bouée-bouteille de gaz pour gérer les contractions tout en poussant tout bien comme on m'avait appris.

J'ai dit une bonne dizaine de fois que j'étais fatiguée. Mais je me suis aussi dit : Si je gère super bien, ça ira super vite et tout sera vite fini. Alors j'ai puisé dans des réserves insoupçonnées. L'instinct de survie peut-être. 

Mon mari avait repris des couleurs. Enfin, une demi-teinte de rose en plus. Je lui ai broyé la main. En plus de me soulager, ça le maintenait éveillé ! D'une pierre deux coups !

J'étais là sans être là. J'avais froid. J'avais faim. J'étais fatiguée. J'avais mal. J'entendais ce qui se passait sans entendre vraiment. C'était comme être en dehors de la réalité tout y étant bien (la douleur se chargeait de me le rappeler)

Et à 00H45, j'ai senti mon bébé sortir de mon ventre. Ce ventre qui l'avait hébergé pendant 9 mois. Ce ventre qu'il l'avait façonné jusqu'à ses tout petits ongles.

Et j'ai entendu un cri et j'ai senti son petit corps contre ma poitrine. J'ai fondu en larmes. Je lui ai caressé la tête. Je lui ai dit que je l'aimais déjà. Mon mari m'a embrassé en me disant "Je t'aime".

J'ai entendu les félicitations de l'équipe et surtout cette phrase « Vous avez été géniale Madame. Vous avez assuré ! »

Je me suis sentie tellement fière. Je l'avais fait ! J'y étais arrivé ! Ça m'a regonflé à bloc !

Nous avons regardé notre fils. Notre 2ème petit garçon. Et nous avons dit à la sage-femme :


« Il s'appelle Juno. »

 



-------------

Pour la petite histoire :

Mon fils était en siège à l'écho du 7ème mais 15 jours après, la gynéco avait senti la tête en bas. Elle n'avait aucun doute : il s'était bien retourné. Lors de mon RDV à la maternité au 9ème mois, la sage-femme avait eu la même certitude. Je n'ai donc pas eu d'écho de contrôle.

Il s'avère en fait que mon fils ne s'est jamais retourné et que la masse ronde que sentait la gynéco et les sage-femmes n'était pas la tête mais la poche des eaux bien bombée.A l'accouchement, tout le monde a donc été scotché ! :-)

Commenter cet article

Emilie 30/12/2015 19:39

Je suis enceinte de mon premier enfant... et il est en position de siège... Grâce à ce que tu écris je me dis qu'un accouchement par voie basse (et même sans péridurale !!) n'est pas totalement exclu. Merci pour ce témoignage super encourageant et les articles de ton blog en général qui me font rire (ces moments de détente sont vraiment les bienvenus :-)

Aline maman blogueuse 05/01/2016 19:38

Bonjour et merci pour ce commentaire qui me va droit au coeur ! :-)

Pas de panique effectivement pour ton bébé en siège. D'une, il peut se retourner dans les dernières semaines (2 semaines avant terme dans le cas d'une collègue par exemple) et de deux, les accouchements en siège sont très surveillés et ils peuvent effectivement se faire sans césarienne (et sans péri !).

Profites bien de ce joli moment qu'est la grossesse (si on zappe les douleurs ligamentaires, les jambes lourdes, l'envie de pipi 100 fois par jour et toutes ces petites galères) car ça passe très vite !
Et pas de stress pour l'accouchement. Zen ! :-)

N'hésites pas à me faire un petit coucou via la page Facebook du blog pour me donner des nouvelles ! https://www.facebook.com/blogdemaman/?fref=ts

Bonne soirée !

Aline

Lamale 27/07/2015 10:02

Ca a été court mais très intense comme accouchement. Après çà tu devais être complètement claquée.
Et sinon niveau suite de couche, çà donne quoi un siège ? Tu a eu des déchirures ? Ton périnée n'a pas trop souffert ?

Aline maman blogueuse 16/08/2015 17:41

J'ai eu la chance d'avoir un bébé super cool qui ne se réveillait pas 10 fois la nuit donc je n'ai pas été trop fatiguée.
Pour les suites de couche, c'est impec. Pas de déchirure, juste une petite épisio.
Le périnée a morflé un peu (autant qu'un accouchement "classique") mais j'ai suivi consciencieusement les cours de réeducation donc tout est rentré dans l'ordre :-)

Céline 26/07/2015 19:01

Quelle histoire ! Tu as été formidable lors de cet accouchement ! Je me suis un peu reconnue lorsque tu as dit (C'est ça de vouloir faire ça maligne), j'ai fait exactement pareil pour l'accouchement de ma fille : la maligne ! Mais je ne m'en suis pas voulue ^^ Joyeuse vie à ce nouveau-né et plein de bonheur à toute la famille !

Aline maman blogueuse 26/07/2015 19:10

Un grand merci pour ton gentil commentaire !!!
Et plein de bonheur aussi à toi avec ta petite princesse !
A bientôt ! :-)

Céline 26/07/2015 19:01

Quelle histoire ! Tu as été formidable lors de cet accouchement ! Je me suis un peu reconnue lorsque tu as dit (C'est ça de vouloir faire ça maligne), j'ai fait exactement pareil pour l'accouchement de ma fille : la maligne ! Mais je ne m'en suis pas voulue ^^ Joyeuse vie à ce nouveau-né et plein de bonheur à toute la famille !

Charlotte 26/07/2015 17:17

Super émouvant et encore félicitations.

Aline maman blogueuse 26/07/2015 19:08

Merci beaucoup !!!