Bébé est là, moi j'veux m'enfuir : le baby-blues dans toute sa splendeur

Publié le par mamanbavarde

depress-copie-1Quand j'étais enceinte, j'ai entendu parler d'une période bizarre après l'accouchement, faite de hauts et de bas constants. Une période de dépression joliment appelée le blues du bébé. Je savais que ça arrivait souvent mais je n'imaginais pas à quel point cela serait difficile pour moi.

J'ai vécu 9 mois de grossesse plutôt cools. Je n'ai pas été malade, je n'ai pas eu de souci particulier. J'étais une jeune "presque-maman" en pleine forme. J'étais super heureuse de devenir maman. Je m'imaginais radieuse, donnant le biberon en caressant les cheveux de mon p'tit bonhomme et me baladant avec la super poussette dernier cri que nous avions acheté.

Bébé est là, moi j'suis perdue !

L'accouchement a été long (16 heures soit presque 10% d'une semaine..j'ai calculé) mais j'en garde un très bon souvenir parceque l'équipe a été géniale. Quand j'ai entendu "Félicitations Madame" et qu'on m'a posé mon fils sur le coeur, j'ai pleuré, j'ai souri, j'étais heureuse. J'étais aussi super fatiguée et après cette journée marathon, je n'avais qu'une envie obsessionnelle : Dormir ! C'était le soir et malheureusement, je n'ai pas pu me reposer pendant les heures qui ont suivi. Le papa est rentré à la maison et moi je suis restée avec ce mini-moi qui hurlait dans son berceau, dans cette chambre toute tristoune de la maternité.

natael materniteJ'ai essayé de calmer ce mini-moi que je devais maintenant apprivoiser. On ne vous donne aucun mode d'emploi quand vous devenez maman. Ca s'apprend sur le tas et là, pour l'heure, j'étais totalement perdue. J'ai paniqué, j'ai appuyé sur le petit bouton rouge "Alerte secours" au dessus de mon lit. L'infirmière m'a dit : "Il a faim". Je venais juste de lui donner à manger. Elle m'a dit : "Gardez le contre vous. Ca va le calmer." Je l'ai serré contre moi. Il a hurlé pendant des minutes, des minutes et encore tout plein de minutes.

Les nuits suivantes n'ont pas été mieux. Sinon pires. Je ne comprenais pas. Pour la première fois de ma vie, je ne maîtrisais rien. Je ne savais pas comment calmer ce petit être tout rose que je n'arrivais toujours pas à appeler "mon ange".

J'ai voulu rentrer à la maison avant l'heure. J'ai supplié l'infirmière de me laisser partir. Ouf ! J'ai pu rentrer. En fait, je voulais juste pouvoir passer le relai au papa, pour souffler un peu.

Chez moi : SOS !

Mon fils pleurait beaucoup et dormait très peu. Pendant 3 mois, nous arrivions à dormir seulement 2 ou 3 heures par tranche de 24 heures. J'étais à bout, le papa aussi. Certaines personnes de mon entourage n'ont pas compris pourquoi je n'étais pas heureuse.   Bah oui, une maman qui a un enfant en pleine santé, de quoi peut-elle se plaindre ???

Je suis devenue toute triste. Au fond de moi, je n'allais pas bien du tout. Mon fils mangeait, vomissait, hurlait... Les médecins se sont foutus de moi en disant que c'était mon 1er enfant, que c'était normal qu'il pleure, que c'était des coliques. Ils n'avaient que ça à la bouche : "COLIQUES". Moi, je savais bien que quelque chose n'était pas normal mais j'ai du me résoudre après avoir vu 4 ou 5 médecins différents. C'était surement moi qui n'était pas "normale"...

natael pleursJ'avais perdu le goût de vivre et je m'en voulais énormément d'être comme ça. Moi qui était avant hyper dynamique et souriante, je ne me reconnaissais plus. Je n'ai pas arrêté de penser que mon fils ne méritait pas une maman comme ça. Avec la fatigue, le stress et tout, j'ai même pensé que je devrais disparaître parce que j'était vraiment trop nulle...

Avec le papa, on ressemblait à deux zombies. On passait nos journées avec un nœud au ventre, tout le temps...

Puis mon fils a été chez la nounou. Et il l'a épuisé. Je n'osais même plus demander le soir en allant le chercher si la journée s'était bien passée. La réponse était toujours la même : "Il n'a pas dormi. Il a vomi. Il a beaucoup pleuré." La nounou avait de grosses cernes sous les yeux. J'ai pleuré. Je l'ai fait pleuré en pleurant. Bref, la totale

Je n'ai parlé de tout ça à personne parce que j'étais persuadée que personne ne comprendrait. J'ai gardé ça pour moi. Mes petits malheurs de maman au bout du rouleau : qui en aurait voulu ?

Un espoir ???

Un jour, j'ai changé de médecin et j'ai dit au nouveau qu'il y avait forcément un truc pas normal chez mon fils. Elle a d'abord parlé de coliques (tiens donc) et pour la 1ère fois en 5 mois, elle a prescrit des examens complémentaires, à savoir une fibroscopie.

On a donc débarqué aux urgences pédiatriques. J'ai posé le cosy devant le bureau de l'accueil. J'ai fondu en larmes. J'ai juste réussi à dire quelque chose comme "Faites quelque chose, je n'en peux plus.

Ils ont emmené mon fils passer l'examen. Je l'ai entendu hurler. Ca m'a fendu le coeur en milles morceaux mais dans un sens, je me disais qu'il fallait passer par là pour que tout s'arrange.

Finalement, il y avait bien quelque chose : une "béance du cardia"  Le cardia est un petit muscle qui ferme l'oesophage. Ce n'est pas grave en soi mais en gros, tout ce que mon fils avalait remontait sous forme acide, d'où les hurlements et les vomissements  depuis la naissance.

Il a eu un lait adapté et des médicaments. Et voilà, après 5 mois et demi, nous avons ENFIN pu revivre.

Et après ?

J'ai petit à petit repris goût à la vie et surtout j'ai appris à aimer mon fils ! ça paraît bête mais ça aura pris du temps, beaucoup de temps.

Je regrette aujourd'hui de ne pas en avoir parlé plus tôt à mon médecin. J'ai réussi à faire face toute seule mais j'en ai quand même bien souffert. Je me suis repliée sur moi comme un escargot dans sa coquille, ce qui n'était pas l'idéal pour apprendre à découvrir mon fils.

Quand mon fils a eu 2 ans, j'ai enfin réussi à en parler à mon médecin lors d'un banal rendez-vous. J'ai fondu en larmes mais ça m'a fait du bien. Pardon à ceux qui attendaient en salle d'attente ce jour-là, le rendez-vous a duré plus de temps que prévu...

Aujourd'hui, il m'arrive toujours d'avoir le coeur serré quand j'entend un bébé hurler comme le faisait mon fils. Je ne suis peut-être pas totalement guérie mais je suis au moins sortie de la dépression.

Avec le recul, je pense que j'ai un peu trop idéalisé le fait d'être maman. Je me voyais comme dans les films ou les bouquins pleins de mamans souriantes et épanouies, et de bébés joufflus super sages. Avec ses problèmes de santé, mon fils était en décalage avec tout ça. Un fossé s'est creusé petit à petit...

En bref...

Un baby-blues, c'est normal quand ça dure quelques jours, voire quelques semaines. Mais quand le mal-être s'installe vraiment, il ne faut pas hésiter à en parler. Il faut surtout s'enlever de l'esprit qu'on est nulle, qu'on n'y arrivera jamais Il faut aussi être solide dans son couple pour affronter cette épreuve (combien de fois ça nous a fait du bien de pleurer sur l'épaule de l'autre !)

Aujourd'hui, je sais que mon baby-blues s'était petit à petit transformé en dépression et je sais aussi que cela arrive à de nombreuses femmes.

Certains diront qu'il y a des épreuves bien plus dures dans la vie. C'est sûr.

Mais être maman, c'est tout de même pas rien. Parfois, on met du temps à le devenir.  Mais après, comme on dit...ce n'est que du bonheur ! Mon fils va avoir 3 ans et je suis devenue une super maman !

Commenter cet article

sandy 21/04/2016 15:40

Chère Aline, merci pour votre témoignage de "baby-blues". C'est généreux parce que cela permet à d'autres de comprendre,de prévenir et de guérir. Bravo à vous d'être sortie de cette épreuve. Une toute belle continuation!

Aline maman blogueuse 21/04/2016 22:35

Bonjour et un grand merci pour votre commentaire qui me va droit au cœur !

Je suis heureuse que mon expérience puisse parler à d'autres mamans.

La dépression post natale était encore taboue il n'y a pas si longtemps. Une jeune maman devait forcément être heureuse et si ce n'était pas le cas, c'était anormal. Maintenant, les médias parlent de plus en plus de ce sujet et on entend les témoignages de nombreuses femmes qui sont passées par cette étape un peu difficile, comme moi.
C'est rassurant de savoir qu'on n'est pas seule et que cela concerne de nombreuses mamans. :-)

Et comme vous le dites, je pense que c'est aussi rassurant de voir que l'on peut s'en sortir et qu'on peut même avoir envie d'un deuxième enfant après cela. Cela a été mon cas et je ne regrette absolument pas d'être revenue sur ma décision prise il y a quelques années de ne plus jamais avoir d'autres enfants.

Quand on vit un Baby blues ou une dépression post natale, l'important est d'en parler. Ce n'est pas grave, ce n'est pas anormal, ce n'est pas non plus etre une mauvaise mère. C'est juste un cap à passer et avec de l'aide, c'est toujours plus facile d'y arriver. :-)

Bonne soirée et merci de votre passage sur mon blog et de votre gentil com.

A bientôt ! :-)

chacha 02/10/2014 08:51

Je vous avais écrit à 8 mois de grossesse, déjà bien consciente que les démarrages avec un nouveau né peuvent être compliqué... Aujourd'hui mon fils a 18 mois, une boule d'énergie... De 0 à 2 mois, il a hurlé non stop, juste le temps de dormir parfois. Je me sentais pas heureuse de le voir comme ça, de ne le pas comprendre, de me sentir moi même dans cet état là. A la visite des deux mois, j'ai exigé une fibro, mon médecin m'a soutenu quand je lui ai dit que j'étais à bout et que je sentais que ça n'allait pas. Il a passé l'examen et effectivement RGO interne de stade 3. Il avait l'oesophage ulcéré par les brûlures.
On a énormément culpabiliser avec mon mari car on se posait des questions si notre enfant était normal à hurler comme ça sans cesse...
Tout s'est normalisé 15 jours après, les nuits, les pleurs... J'ai repris le boulot éreintée mais plus apaisée.

Maintenant je me pose des questions pour un numéro 2. A la base on les voulait avec pas beaucoup d'écart mais on hésite à repasser par cette case. Et vous ?

J'ai une vidéo de mon fils qui hurle, je la regarde de temps en temps quand il est pénible ou quoi, ça permet de relativiser lol

Aline maman blogueuse 02/10/2014 11:45

Bonjour,

Merci pour ce témoignage ! Votre histoire ressemble beaucoup à la mienne : les pleurs, l'incompréhension face à la situation, le diagnostic d'un problème à l'oesophage...
Vous avez bien fait d'exiger des examens complémentaires. Je reste persuadée qu'une maman sait quand ça ne va pas. Pour ma part, même si j'avais du mal à créer un lien avec mon fils, je savais qu'il n'allait pas bien et j'ai eu raison.

Je ne referai pas les mêmes erreurs d'attendre et de trop écouter les médecins pour le petit 2ème.

Pour vous répondre au sujet du 2ème justement, tout le monde me disait qu'il fallait qu'il y ait peu d'écart entre les deux, que c'était mieux, etc. De notre côté, comme je l'expliquais, nous n'étions pas prêts du tout et ça aurait été une grosse erreur je pense de suivre les pseudos-conseils des uns et des autres.

Nous avons pris notre temps et nous ne regrettons pas. Notre fils a 5 ans et se débrouille tout seul pour beaucoup de choses. Je n'aurais pas à gérer les changements de couches pour 2 enfants en même temps par exemple. Je pourrais ainsi consacrer plus de temps à chaque enfant.

Aujourd'hui, les pédiatres et psychologues ont tendance à dire que l'écart idéal est finalement de 5-6 ans, et non plus 3 ans.
En fait, je crois qu'il n'y a pas d'écart d'âge idéal. L'idéal c'est celui que vous aurez décidé. C'est propre à chaque parent.
Je vous conseille de suivre vos envies et pas ce que les uns ou les autres peuvent vous dire.

Bon courage avec votre loulou et bonne réflexion pour le 2ème. Prenez votre temps, c'est le plus important :-)

A bientôt !

Aline

Lamamanchat 01/10/2014 22:14

je me reconnais très bien dans ton billet. J'avais pas compris quand on m'avait parlé de babyblues mais je me le suis pris en pleine face alors que je rêvais d'être maman... Pourtant j'ai vécu le babyblues pour bb1 et un accouchement bien merdique pour bb2 et j'ai envie d'un 3ème... Le temps fait son travail !

Aline maman blogueuse 02/10/2014 11:29

Bonjour,

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de lire mon article et merci beaucoup pour ton témoignage.

Quand je vois que nous sommes finalement nombreuses à passer par là, cela me rassure et c'est vraiment bien d'en parler.

Effectivement, c'est parfois long mais le temps fait son travail comme tu le dis si bien.
Nous ne sommes pas des mamans infaillibles. Nous avons le droit de craquer, c'est juste humain. Ce dont nous sommes certaines, ce que malgré des moments parfois difficiles, nous sommes et resterons de supers mamans !

Je te souhaite plein de bonheur...et un p'tit 3ème si c'est ton rêve :-)

A bientôt !

Aline

jade84 19/03/2013 21:44


j ai eu l impression de me lire . pleins de souvenir qui remonte à la surface car j ai fait une grosse depression apres la naissance de ma fille. elle avait un rgo aussi mais pas diagnostiqé de
suite.  on m a dit que j etais trop stressé c est pour ça que ma fille hurlait toute la journée hisotire de culpabiliser plus. ça fait du bien de savoir qu on est pas la seule à qui ça
arrive.merci d en avoir parlé.

mamanbavarde 20/03/2013 09:27



Bonjour,


Merci pour votre message ! Je suis toujours heureuse de lire que "ça fait du bien de savoir qu'on est pas la seule" puisque c'est ce que je me dis également quand je lis des témoignages comme le
votre.


Moi aussi, j'avais l'impression d'être toute seule, d'être une maman extraterrestre que personne ne comprend.


J'espère en tous cas que vous vous êtes bien remise de cette période pas facile à vivre. La seule solution est d'en parler parce que ça fait vraiment BEAUCOUP de bien.

Bonne continuation à vous. Merci pour votre passage sur mon blog


Bonne journée !


Aline



Chacha 08/02/2013 09:17


Cet article m'a beaucoup touché, je suis enceinte de 8 mois et je suis complètement consciente et prête (hum peut être pas tout à fait) à avoir des moments de doutes, de désespoir même.
J'idéalise pas vraiment les premiers mois de vie de mon bébé car je sais que ça peut être dur.


Peut être aurai-je un bébé qui fait ses nuits dès la sortie de mater??? *espoir*

mamanbavarde 08/02/2013 14:33



Bonjour,


Merci pour ce 2ème commentaire que vous laissez sur mon blog.


Je suis toujours émue de lire des messages comme "cet article m'a beaucoup touché". Je voulais partager mon expérience parceque ça fait toujours du bien d'en parler et qu'on se rend compte qu'on
n'est finalement pas la seule à vivre ces moments parfois plus difficiles dans la vie.


La grossesse a toujours une part d'ombre (plus ou moins grande selon les personnes) avec un tas de questions : est-ce que je vais y arriver ? Est-ce que mon bébé va faire ses nuits ?...etc
C'est normal et toutes les femmes enceintes se posent des questions. Pour ma part, je vous conseille de ne pas vous arrêter à ce qui se dit sur les forums car on lit parfois des choses
complètement fausses, voir complètement paniquantes. Vivez à fond ce moment merveilleux, et finalement pas si long (je sais, vous devez être pressée de voir votre petit bonhomme ou votre petite
princesse !), que représentent ces 9 mois.

Pour le reste, vivez les 1ers mois avec bébé comme vous le sentez.
Ne vous arrêtez pas aux "Fais comme ci, fais comme ça". Faites juste ce qui vous semble le mieux !

Bonne fin de grossesse et à bientôt je l'espère ! (n'hésitez pas si vous avez besoin de conseils)

Bonne journée !

Aline



OlympusMom 16/03/2012 21:46


j'ai une amie qui a "senti" tres tot que quelque cose n allait pas avec son fils. tout le monde lui disait qu'elle se fesait des idéees et finalment au bout de 6 mois de baguarre; elle a reussi a
obtenir qu'on lui fasse une irm. Elle trouvait qu il etait tres en retard et n'agissait pas comme les autres ( elle est educatrice de jeunes enfants)  bref, a l'irm : tumeur au cerveau......
une heure apres le petit ( de 10 mois a l epoque) etait tombé dans le coma .... ils l ont sauvé inextremis ( il est tombé dans le coma a l'hosto....) l'instinct maternel.......

dexterina 16/03/2012 19:07


comme je te comprend......j'ai vécu la même chose... RGO pour mon fils diagnostiqué après 2 mois de vie, il avait carrement refusé de têter alors j ai pris rdv en urgence et le pédiate m'a dit
"colique" et là j ai gueulé parce que je sentais qu'il y'avait quelque chose... il m'a donné un traitement contre le rgo,  il m a dit "on soigne aussi les mamans".... 48h après la prise du
mopral, mon fils a fait ses premiers sourire, ses première siestes...bref un autre bébé.......

beaucoupdetout 16/03/2012 19:09



Comme quoi, des fois il faut savoir se faire entendre des médecins !


Je suis contente que ça aille mieux pour vous !



OlympusMom 16/03/2012 14:44


Ton témoignage m'a beaucoup touché, que ca a du etre dur.....surtout de t'entendre dire que c'est toi qui avais un probleme.... heureusement que quelqu'un a fini par t'écouter et lui faire des
examens....les medecins devraient plus souvent tenir compte de l'avis des mamans.....

beaucoupdetout 16/03/2012 19:13



"les medecins devraient plus souvent tenir compte de l'avis des mamans....."


Je suis bien d'accord. Après, je sais qu'il font bien leur travail mais pour mon cas, ils ont vraiment jugé trop vite que je me faisais du souci pour rien. Je suis convaincue qu'une maman a une
sorte de 6ème sens avec son enfant et quand on dit que quelque chose ne va pas, c'est que quelque chose ne va vraiment pas.


Il faudrait un peu plus d'écoute mais dans une société où les hôpitaux n'ont plus de budget, où les médecins désertent les campagnes.. Dur de pouvoir compter sur un médecin qui prend son temps
pour écouter...



lutintesteur 16/03/2012 13:14


Ma fille a eu 6 mois la semaine passée et j'avoue que depuis sa naissance je me suis demandée à plusieurs reprises si je n'étais pas en train de tomber dans la dépression....C'est une vraie
râleuse qui refuse de dormir dans son lit....Après avoir beaucoup bataillé (et une semaine de nuits blanches après l'accouchement), je l'ai prise pour dormir avec moi dans notre lit. Le cododo
fonctionne, nous passons tous de bonnes nuits sans pleurs. Pour la journée j'ai continué à essayé de l'habituer à dormir hors de mes bras mais ce n'est pas très efficace...Du coup depuis peu je
l'endors au sein sur mon lit et je m'éclipse quand je la sens bien endormie. Cette méthode fonctionne et je peux enfin me réserver du temps pour moi ! C'est super important pour le moral. Je
compatis pour vous, cette période à vraiment du être dure.  Heureusement que vous avez trouvé le problème et qu'il y avait une solution. Bonne continuation a vous et à votre petite famille !

beaucoupdetout 16/03/2012 19:16



Du temps pour soi : Oh oui, que c'est important ! C'est même la base pour que tout fonctionne bien je pense. Et on est bien plus heureuse de retrouver sa petite famille quand on a pu faire une
pause, décompresser un peu... Je suis contente que vous ayez trouvé une solution avec le cododo et que tout s'arrange pour vous !


Bonne continuation à vous également ! Et merci pour votre com' !



séverine 16/03/2012 12:51


Et oui, c'est ça être une super maman ;)


On ne peut jamais oublier, mais l'essentiel est l'Amour qui est là !!!


Groooooooos baisers !

beaucoupdetout 16/03/2012 19:19



Merci pour votre gentil com' !


A bientôt !